Quelques dysfonctionnements sont possibles : n’hésitez pas à nous demander de l'aide !
Le site de la médiathèque est actuellement en maintenance.
Bandeau_travaux_été_ok.jpg
À compter du 30 septembre 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour les mineurs agés de 12 à 17 ans.
Sieste musicale (2).jpg

Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

Ce roman est un moment de dépaysement à ne pas manquer ! Une véritable bouffée d'oxygène gorgée de soleil, de limoncello, de mozzarella, de sentiments, et d'amour. Ce qui n'empêche pas d'aborder des sujets épineux de la société italienne. Une lecture douce et tendre pour profiter du soleil, de la vie et du temps qui parfois nous dépasse.

Valérie

Un roman, comme un doux rayon de soleil, rempli de bons sentiments. L'ambiance typiquement italienne, un cliché peut-être, mais tellement agréable. Si Mama Maria se révèle être une jolie carte postale de l'Italie, il prône aussi la tolérance et la solidarité.

Eliane

0
Pas encore de votes
Avorton lourdement handicapé par un squelette friable et une toute petite taille, Miles Vorkosigan est le héros génial et un peu fêlé de la saga éponyme. Victime de violents préjugés, primesautier, d'une effroyable vivacité et doté d'un coeur bien plus grand que son corps, Miles est un compagnon attachant, un ami imaginaire que nous sommes heureux de côtoyer. Plusieurs des protagonistes de la saga souffrent de handicaps physiques ou psychologiques sévères et leurs motivations et leurs actions sont partiellement basées sur ces souffrances. Le handicap est au coeur de l'oeuvre. Et c'est à mon sens ce qui élève la Saga Vorkosigan au delà du simple divertissement : sous des apparences de légèreté, Lois McMaster Bujold aborde un sujet grave. Divertissante, la saga Vorkosigan ? Oui. Gratuite ? Non, certainement pas.
Virginie
0
Pas encore de votes

J’ai bien aimé cette petite histoire sympathique qui aborde des thèmes importants comme la confiance en soi, la relation entre les autres et soi, l’homosexualité, les études et ambitions de chacun et surtout cette période charnière qu’est l’adolescence.
Valérie

Et vous ?...

Clémence n'est pas partie, elle s'est enfuie. Loin de Thomas, son compagnon, qu'elle a aimé jusqu'à oublier qui elle est. Loin de Thomas, le manipulateur, qui a profité de l'amour de Clémence pour assouvir ses bas instincts et l'avilir.
Quand Thomas retrouve la trace de Clémence, Clémence sait que sa nouvelle vie est menacée. Peu à peu, elle tisse alors un filet invisible autour de Thomas.
La vengeance est un plat qui se mange froid, n'est ce pas ?...
Avec son écriture incisive , S. Collette nous entraîne dans les méandres de la vie en couple, avec ou sans sentiments exacerbés, et par delà, l'emprise qu'un être peut exercer sur un autre être.

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.