Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

Un roman noir en BD, ça existe, la preuve. Timothée de Fombelle, connu pour ses magnifiques romans pour la jeunesse (Tobie Lolness en particulier), nous propose un récit tout en délicatesse, où chaque touche, même esquissée, est signifiante. Comme à son habitude, de multiples flashbacks dessinent à grands traits l'histoire passée de l'héroïne, afin d'éclairer son présent. Un récit noir et lumineux : un oxymore de papier, à découvrir.

Virginie

0
Pas encore de votes

Une BD française qui joue dans la cour des comics américains, ce n'est pas banal. Ce thriller à la Tarantino, une bonne dose d'humour en plus, plie le lecteur de rire. La qualité du scénario et de la mise en image est enthousiasmante. L'histoire va jusqu'à proposer des pauses publicitaires désopilantes qui s'intercalent dans le récit. Enfin et surtout, les moustaches abondent, nous plongeant avec nostalgie dans les séries américaines des années 80. Ah, Magnum et ses bacchantes… !

Virginie

0
Pas encore de votes

Shangri-La, à travers une fable de reconstruction de l'humanité, propose une critique mordante de notre société de consommation. Le lecteur, horrifié, découvre au fil des pages comment les personnages vivent, dorment, travaillent et évoluent dans un milieu entièrement tourné vers le consumérisme, où travailler sert à emprunter, à acheter, à rembourser et à acheter encore. L'humanité enchaînée dans un rêve sans fin, un rêve de satisfaction immédiate et de partage d'opinions global, sans qu'aucune réflexion n'entre jamais en ligne de compte. On se prend ce livre en plein figure, et on le relit pour ne pas oublier.
Virginie

Et vous ?...

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.

Dans le huis clos familial, Telly et Sharlah sont maltraités par la violence d'un père alcoolique. Jusqu'au jour où Telly, 9 ans, tue son père pour protéger sa petite soeur.
Des années plus tard, un massacre est commis dans une station service, et tout accuse Telly...
Une intrigue bien ficelée, où la force de l'amour fraternel est disséquée, avec beaucoup de finesse et de pudeur, par Lisa Gardner. Une enquête palpitante, des rebondissements à point nommés, malgré quelques longueurs.