À compter du 30 septembre 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour les mineurs agés de 12 à 17 ans.
Sélection thème temps.jpg

Nous avons aimé...

0
Pas encore de votes

Un roman qui vous tient en haleine par son suspense, mais sait aussi faire preuve de légèreté et d’humour. Plus qu’un divertissement, ce roman est une histoire de vie forte et passionnante, avec ses jolis moments et ses événements tragiques.
Valérie

0
Pas encore de votes

C'est le roman qui a fait prendre conscience aux françaises de la maltraitance qu'elles subissent dans le cadre des consultations gynécologiques. Basé sur des témoignages, ce roman est un coup de poing au ventre et une révélation. À lire, par les hommes et par les femmes.
Virginie

0
Pas encore de votes

Margaret Atwood est d'une effroyable lucidité. Tous ses romans, même paraissant être « d'anticipation », sont basés sur des faits existants ou ayant existé. Dans La servante écarlate, le quotidien de la narratrice, Defred, nous enserre tel un étau. Sans perspective autre que sa vie monacale, privée de liberté jusqu'à son propre prénom, parce qu'elle appartient désormais à Fred, Defred est à la fois témoin et victime d'une société dans laquelle les hommes violent rituellement les femmes fertiles au nom de la survie de l'espèce. On ressort épuisé de cette pourtant courte lecture, parce que, tout comme la narratrice, on a manqué d'oxygène. Un lent et inexorable étouffement, plus percutant qu'un long discours. Roman adapté en série télévisée (The Handmaid's Tale, 2017).
Virginie

Et vous ?...

Clémence n'est pas partie, elle s'est enfuie. Loin de Thomas, son compagnon, qu'elle a aimé jusqu'à oublier qui elle est. Loin de Thomas, le manipulateur, qui a profité de l'amour de Clémence pour assouvir ses bas instincts et l'avilir.
Quand Thomas retrouve la trace de Clémence, Clémence sait que sa nouvelle vie est menacée. Peu à peu, elle tisse alors un filet invisible autour de Thomas.
La vengeance est un plat qui se mange froid, n'est ce pas ?...
Avec son écriture incisive , S. Collette nous entraîne dans les méandres de la vie en couple, avec ou sans sentiments exacerbés, et par delà, l'emprise qu'un être peut exercer sur un autre être.

Le feu. Des radiations ont ravagé la terre. Le monde n'est plus ce qu'il était. Les survivants doivent apprendre à vivre sur cette Terre où le Soleil n'existe plus, les oiseaux ne chantent plus...
C'est à travers l'histoire de Corentin, un jeune homme en fin d'année universitaire que nous découvrons le monde d'avant, -avec le Soleil-, la bière, l'amour, les rêves. Et le monde d'après, -sans le Soleil-, le ciel toujours couvert d'un nuage gris, silencieux où règnent la faim, le meurtre, le viol et le vol.
Sandrine Collette, de sa plume trempée dans la sécheresse des bois calcinés, les Forêts, enveloppée de cet amour de la terre dont on devine l'enracinement en elle, décrit, avec beaucoup de pudeur, la désolation de la terre comme la déshumanisation des êtres humains. Cependant, quand la Nature s'égaie de nouveau, de sa plume jaillit, comme une peinture, des mots par touches, l'air de rien qui nous ramène à la Vie. A la Vie, oui, cette Vie qu'il faut arracher, à même, l'inceste. 
Un très beau roman. Dur mais beau.